Partagez | 
 

 Ce soir, ton sang et ton cœur seront miens. w/ Alexandra

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


Andrew Baskerville
Courgette divine et sexy


Présages :
437

Race  :
Vampire.

Métier  :
Scientifique, médecin à la solde de l'Expérience.

Nationalité  :
Australien.

Inventaire  :
Un paquet de cigarettes et un briquet.

Réputation  :
63 points.

Interne depuis le  :
19/06/2015


MessageSujet: Ce soir, ton sang et ton cœur seront miens. w/ Alexandra   Ven 26 Juin - 22:06


 

 
« Ce soir, ton sang et ton cœur seront miens. »
with Andrew B. & Alexandra H.
1
  C'était nuit noire. Rien ne se distinguait de çà et de là, et si on ne faisait pas attention à sa démarche, une chute pouvait bien vite rappeler à l'ordre les plus étourdis. En effet, il était peu aisé de se mouvoir sans problème aux abords de la forêt, puisque les racines des arbres y avaient élu domicile, et que la mousse et les feuilles mortes et humides prenaient un malin plaisir à faire trébucher le moindre passant.

Rien ne se faisait entendre, hormis le vent s'engouffrant dans les branches des arbres à la fois jeunes et vieux, et de temps en temps le sifflement ou le cri d'un quelconque oiseau nocturne. Mais si on écoutait avec un peu plus attention, on pouvait distinguer en plus un craquement régulier de feuilles, et un autre, plus incertain et maladroit. Ce qui provoquait ces bruits ? Deux êtres vivants se mouvant entre les cimes, pour une raison encore inconnue.

De ces deux êtres, on pouvait dire de loin qu'il y en avait un plus grand que l'autre, et que les deux avaient une apparence humaine. Des deux humanoïdes, si on s'approchait un peu, le plus grand semblait être un homme, et la forme plus petite devait être une femme qui faisait facilement une tête de moins que son camarade. Celle-ci n'avait pas l'air confiante et suivait tant bien que mal l'homme devant elle dont elle tenait un pan de la veste. Lorsqu'elle manqua de tomber -les racines ont vite fait d'emmêler les pieds mal assurés-, poussant un cri qui déchira le silence comme l'éclair fend le ciel, l'homme se retourna brusquement et la rattrapa par la taille d'un geste rapide et précis, plus la redressa. Ça voix suave et légèrement roque rompit à son tour le silence lugubre et résonna dans les oreilles de la jeune fille comme une symphonie délicate et sensuelle.

«Tu vas bien ? Rien de cassé ?»


Après un instant à rêvasser, la jeune fille, dont les traits apparaissaient plus nettement sous la lumière blafarde, fins et doux, secoua la tête en signe de négation, ce qui eut l'air de satisfaire l'homme, dont les pupilles noires semblaient contenir les abysses les plus profondes. Déplaçant sa main de la taille à la main de la jeune secourue, il la pressa en signe de réconfort, afin de lui montrer qu'il la tenait et qu'elle ne tomberait plus.

S'assurant qu'elle calquait ses pas dans les siens, il reprit sa route dans la forêt, s'éloignant de plus en plus de la lisière. Mais où donc pouvaient-ils bien aller ? A cette heure de plus ?

Sans plus se poser de questions, l'homme se tourna de nouveau vers la fille quelques pas plus tard, et reprit possession de sa taille. Papillonnant des yeux, celle-ci se retrouva attirée contre l'homme qui vint poser délicieusement ses lèvres contre les siennes. Elle se sentie frémir et se délecta du baiser offert de cet homme dont elle rendit chaque instant. Obnubilée, elle ne se rendit pas vraiment compte que se dernier la poussait lentement mais sûrement contre la cime d'un arbre au tronc épais. Lorsqu'elle sentie l'écorce contre son dos, elle regarda l'homme dans les yeux, le scrutant de ses iris clairs d'un air faussement surpris et innocent, ce qui arracha un sourire chez l'autre lorsqu'il se sépara des lèvres de la fille, avant d'incliner la tête de côté et d'embrasser la ligne de la mâchoire de la personne en face de lui. Un soupire s'échappa des lèvres de la fille, dont la blondeur resplendissait sous la lune.

« Andrew... » murmura-t-elle en venant glisser sa main dans la chevelure ébène de l'homme.

Andrew, dont on venait de découvrir le nom, entrouvrit les lèvres pour se les lécher, dévoilant deux belles canines blanches, que la blonde n'eut pas le temps d'apercevoir. Elle ne se doutait absolument pas de la véritable nature du jeune vampire, et encore moins de ses attentions cachées.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬



“ I was made to defeat the human being ”


Médailles:
 


Dernière édition par Andrew Baskerville le Mar 4 Aoû - 14:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Alexandra Hilliard
Marmotte confirmée


Présages :
700

Race  :
Vampire (adulte).

Métier  :
Vagabonde.

Nationalité  :
Espagnole.

Inventaire  :
Un rouge à lèvre et un canif.

Réputation  :
36 points.

Interne depuis le  :
05/06/2015


MessageSujet: Re: Ce soir, ton sang et ton cœur seront miens. w/ Alexandra   Lun 3 Aoû - 23:29


Ce soir, ton sang et ton cœur seront miens.


Je détestais le fourmillement que me procurait l’herbe à son touché, ce chatouillement désagréable me rappela que j’étais pieds nus. Ma plante voutaire caressait la verdure – ou plutôt la saccageait – au rythme de ma course effrénée. Le vent s’incrustait dans les plis de mon débardeur, qui se soulevait à chaque rafale. J’aimais cette sensation de vitesse et ces images qui défilaient à toute allure. L’image de la liberté s’imposa à mon esprit et je sentis les battements de mon cœur s’accélérer. L’adrénaline me transperçait de toutes parts, si bien que je n’avais plus conscience de ce qui se passait autour de moi. Une mère porteuse et ses petits qui l’allaitaient aurait pu me distinguer à travers les feuillages et, par souci de protection envers ses progénitures, m’aurait sautée dessus. Néanmoins, j’avais appris à masquer ma présence avec les années – cela devint une habitude. Avec le taux de sang que j’ingurgitais, la bile que je pouvais vomir à tout instant empestait l’hémoglobine humaine. En effet, le sang des animaux m’importait vaguement, il comportait moins de vitamines nécessaires à ma constitution vampirique ; en réalité, ils ne possédaient même pas le minimum syndical pour nourrir un nouveau – né fraîchement mordu. À moins qu’il ne s’attaque à un des sbires qui gardent le temple des Chasseurs, les rumeurs courent que la créature demeure immense et que ses griffes étaient capables d’abattre quiconque en un coup de patte. Mes lèvres s’étirèrent en un sourire carnassier : je n’étais pas du genre à croire les « on dit ». Le fait de devoir inventer de telles montagnes signifiait simplement que leur lâcheté était à son paroxysme.

Mon odorat développé me permit de repérer sa trace à des kilomètres. Elle puait la chasteté. Je ne choisissais jamais mes victimes au hasard. Elle était dotée d’un raffinement à en couper le souffle. Je ne m’étais pas gênée pour la traquer et la détailler complètement. Elle déambulait seule, la plupart du temps ; et lorsqu’elle relevait le regard, on décelait une étincelle d’innocence pure – ce qui avait le don de me dégoûter. Je restais néanmoins de marbre à son comportement, j’avais l’habitude à la longue.

Je l’avais sentie au cœur de la Forêt Enchantée, un endroit où il faut à tout prix rester vigilent. Les mauvaises surprises sont si rapidement arrivées… Elle s’éloignait doucement, mais sûrement, de la lisière. Ma bouche se tordit d’agacement ; il était impossible qu’elle mouve dans un tel endroit sans compagnie à ses côtés. Tant pis – au moins, la personne l’ayant amenée ici allait me faciliter le travail si je voulais m’abreuver discrètement. Je courais si vite que mon enveloppe corporelle devint invisible – je dois avouer que c’est un réel atout pour dissimuler ma présence. Je ralentis lorsque je fus à une centaine de mètres de ma future nourriture. Je dérapai sur le sol non sans un bruit, qui furent masqués par le cri d’oiseaux qui s’envolaient, dérangés par mon arrivée. Je n’en avais guère : je me concentrai sur ce que j’étais venue faire ici. J’examinai les lieux et distinguais deux silhouettes lors de mon inspection. L’une d’elles était bien plus grande et ses muscles semblaient abruptement mieux dessinés. Je devinai la stature d’un homme adulte dont les reflux ne me laissèrent point indifférente. Il dégageait quelque chose apparemment. Je secouai la tête pour dégager mes cheveux qui s’était collés contre ma nuque suite à mes efforts surhumains. Mes poumons se remplirent d’air très lentement, pour expirer de la même façon. De ce fait, ma respiration fut inaudible. Je les espionnai et fus témoin d’un échange endiablé de salives. Il avait plaqué la frêle blonde contre le tronc robuste d’un arbre âgé d’autant d’années que moi – même. Son écorce vieillie ne devait pas être très confortable, mais la jeune fille ne s’en souciait guère et soupirait d’aise.

« Andrew… »

Sa main vint même se loger dans la chevelure de son interlocuteur, et c’est à ce moment que ma patience s’estompa. Je n’allais pas les admirer pendant la conception de leur future progéniture ! Je me dirigeai vers eux d’une démarche féline. Je me dévoilai à l’humaine, seulement cette dernière vit ma vraie nature. Elle écarquilla subitement les yeux et je souris narquoisement en coin. Mes canines d’un blanc impeccable étaient sorties ; mes yeux en fente la toisaient hautainement. Elle n’était rien de plus qu’un potentiel repas. Je me léchai les lèvres en imaginant le goût de sa liqueur visqueuse. Je clignai des yeux et, malgré l’obscurité qui régnait en ces lieux, j’étais certaine qu’elle avait aperçu la teinte rouge qu’arborait mes pupilles et qu’une perle de sueur avait coulé le long de son échine. Les siennes montraient distinctement l’effroi qui la contaminait. Était – elle vierge ? J’entends par là que se confronter aux créatures de L’Expérience était un pli à prendre pour les habitants d’Azalea. Un rire cristallin dépassa le seuil de mes lèvres ; ce fut de cette manière que je croisai des iris similaires aux miens.

« Tu comptais réellement t’accaparer ce qui m’appartient ? », lançai - je froidement. Mes cheveux voletaient derrière moi au gré du vent ; mes menaces pesaient dans l’air qui était devenu oppressant – surtout pour la seconde demoiselle, en fait. L’atmosphère baignait dans la nuit noire et seuls nos regards brillaient légèrement, d’une lueur quasi imperceptible à l’œil humain. Il me parut dédaigneux, et plutôt contrarié. Je contractai un énième sourire à cette pensée ; bien évidemment que mon arrivée chamboulait ses plans ! Celle aux cheveux d’or tenta de s’échapper, mais il la retint d’une main puissante qu’il logea sur sa taille. J’avançai de quelques centimètres tandis que cette dernière reculait et s’écrasait sur le bois dur et humide de l’arbre centenaire.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬



fondatrice
“C'est à nous qu'il incombe de surmonter les obstacles.”


Dernière édition par Alexandra Hilliard le Dim 27 Sep - 14:56, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Andrew Baskerville
Courgette divine et sexy


Présages :
437

Race  :
Vampire.

Métier  :
Scientifique, médecin à la solde de l'Expérience.

Nationalité  :
Australien.

Inventaire  :
Un paquet de cigarettes et un briquet.

Réputation  :
63 points.

Interne depuis le  :
19/06/2015


MessageSujet: Re: Ce soir, ton sang et ton cœur seront miens. w/ Alexandra   Mar 4 Aoû - 17:23



« Ce soir, ton sang et ton cœur seront miens. »
with Andrew B. & Alexandra H.
1
Andrew sentait le pouls de sa victime pulser contre la peau de son cou. La jeune femme semblait ravie de la situation, ne s'attendant pas à être mordue d'un moment à un autre. De son côté, le vampire se léchait les lèvres d'impatience, s'apprêtant à enfoncer lentement ses crocs dans sa chaire tendre et vierge de tout autre passage sur le sien, le tout sans plus attendre.

Mais alors qu'il était sur le point d'étanchant sa soif d'hémoglobine, il sentit sa proie se figer brusquement. Le pouls s'accéléra d'un coup et elle fut prise d'un frisson, et Andrew remarqua qu'une sueur froide perlait au creux de son cou. Et puis il y eut rire provenant de derrière eux. Un rire, reflétant un caractère fière et hautain. Un rire féminin, un rire qu'Andrew connaissait bien, très bien même.

Lorsqu'il se redressa pour regarder derrière lui, il vit aussitôt les iris pourpre de la nouvelle arrivée qui luisaient légèrement dans la pénombre. Cela confirmait sa pensée, bien qu'il soit déjà sûr qu'il s'agissait de cette personne . Sa voix brisa le silence et retentit dans les oreilles du brun comme un vieux souvenir revenu de trop loin. Cela faisait combien de temps qu'ils ne s'étaient pas vus ?

« Tu comptais réellement t’accaparer ce qui m’appartient ? »

Andrew haussa un sourcil et sourit en coin. Ce qui lui appartenait ? Elle allait être fort déçue ! La blonde, toujours à moitié cachée derrière lui, tentait de s'échapper, mais le brun resserra la pression qu’effectuait son bras que sa fine taille pour la forcer à ne pas bouger.

« Cette pauvre chose t'appartient ? Laisse moi rire ! »

Attrapant le menton de la blonde, il la rapprocha encore plus de lui et pencha la tête vers son cou blanc et sans défaut. Ses pupilles rougeoyantes étaient toujours fixées sur ses homologues féminins, désireux d'observer la réaction de la brune. Il embrassa d'abord la nuque fraîche de la victime, ce qui lui arracha un frisson au contact de ses lèvres froides, puis il mordit d'un cou, enfonçant ses crocs dans sa chaire pour les ressortir peu après. Il lécha le filet de sang qui s'écoulait de la plaie avant de redresser la tête, un sourire victorieux aux lèvres.

« Premier arrivé, premier servi, ma chère Alexandra. Tu sais bien que les vampires n'ont rien à faire des réservations. »

A côté de lui, la blonde gémissait de douleur et se débattait pour se soustraire à l'emprise du vampire. Elle les suppliait de la laisser partir. Sa voix se perdait en sanglots et la panique faisait accélérer son rythme cardiaque, laissant plus de sang s'échapper de la plaie.

« Je vous en supplie, laissez-moi partir ! Je ne direz rien, c'est promis... Laissez-moi juste en vie... »

Sa détresse était palpable, mais cela faisait longtemps qu'Andrew s'était interdit ne serait-ce qu'une once de pitié, et visiblement il en valait de même pour Alexandra. Le seul moyen pour elle de s'en tirer serait que les vampires se lancent dans un combat qui les ferait complétement oublier leur proie, mais aucun d'eux ne serait à ce point stupide pour oublier pareil festin.

Non, vraiment, cette fille n'en avait plus pour longtemps à vivre, peu importait qui se chargerait de la vider de son sang au sens propre du terme.

« Va te trouver quelqu'un d'autre, celle-là est déjà mon repas. »

Comme pour approuver ses dires, il lécha à nouveau le sang qui coulait de la plaie et qui avait maintenant salit les vêtements propres de la jeune blonde terrorisée. Cette dernière ne tarderait pas à s'affaiblir à cause de l'hémorragie et s'évanouirait sûrement de stress avant sa véritable mort. Une perspective qui ne déplaisait pas à Andrew bien qu'il adorait entendre ses victimes geindre jusqu'à l'arrêt de leur palpitant.

De nombreux vampires adultes préféraient se fournir en poches de sang auprès de fournisseurs clandestins, n'ayant ni l'envie ni le courage de se contraindre à la chasse. Mais Andrew n'étaient pas de cela, il préférait largement se servir directement à la source à volonté, produit frais garanti. Il n'aimait pas non plus le sang d'humain dépendant, que ce soit pour la drogue, l'alcool ou le tabac, qui devenait insipide avec tous les déchets que le sang contenait. Il valait mieux donc choisir ses victimes avec grand soin, favorisant les jeunes personnes vierge de toute cochonnerie.

Voilà pourquoi Andrew avait choisit la jeune blonde, qui devait être prude en plus d'être innocente. Il ignorait si les raisons étaient les mêmes du côté de la brune, mais il ne la laissera jamais s'emparer de sa trouvaille éphémère.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬



“ I was made to defeat the human being ”


Médailles:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Alexandra Hilliard
Marmotte confirmée


Présages :
700

Race  :
Vampire (adulte).

Métier  :
Vagabonde.

Nationalité  :
Espagnole.

Inventaire  :
Un rouge à lèvre et un canif.

Réputation  :
36 points.

Interne depuis le  :
05/06/2015


MessageSujet: Re: Ce soir, ton sang et ton cœur seront miens. w/ Alexandra   Dim 9 Aoû - 21:14


Ce soir, ton sang et ton cœur seront miens.


Du sang frais s’échappait de mes lèvres gonflées par la succion de sang faite il y a quelques temps. Avant que mes pas ne me guident jusqu’ici, j’avais trouvé un humain sans défenses blessé à la poitrine et avais décidé d’en finir avec lui. J’avais donc sucé son sang comme on boit du jus d’orange en pressant la paille prévue à cet effet. Ce ne fut point un délice néanmoins ; son liquide visqueux était empêtré de particules graisseuses affreuses.

J’entrouvris légèrement ma cavité pour laisser l’air naviguer à son aise ; je modérai mon souffle. Je léchai précautionneusement mes commissures par la suite, le regard rivé sur l’objet de mes tentations et désirs les plus fous – non, il ne s’agissait pas du bel étalon à sa droite.

« Premier arrivé, premier servi, ma chère Alexandra. Tu sais bien que les vampires n'ont rien à faire des réservations. »


Je vis la blonde frémir lorsqu’elle entendit l’appellation de notre race. La plaie béante de son cou giclait ; j’en devins avide. Je serrais les poings et mes jointures se colorèrent d’un blanc violacé. Je n’arrivais pas à détourner le regard de l’hémoglobine qui s’échappait, tandis que mon ennemi me fixait de ses prunelles carmin. La haine recouvrit doucement les miennes ; elles pétillaient dangereusement.

D’un geste souple, j’empoignai vivement le cou de notre doucereuse pour la soulever à quelques centimètres du sol pour ensuite la projeter violemment contre un autre sapin centenaire. J’imaginai que mes actes pouvaient intriguer notre tas de muscles plus communément appelé ordure – oh pardon, je crois que je me suis trompée de qualificatif. Je n’y fis pas attention et fonçai sur lui pour le plaquer contre l’écorce plus humide qu’auparavant : il pleuvait à grosses gouttes, ce qui eut le don d’effacer les traces rougeâtres apparentes sur le col d’Andrew. Ma soif s’estompa quelque peu, n’étant plus exposée à la vue du sang. Je tournai la tête vers la jeune femme et compris qu’elle s’était évanouie, son crâne était légèrement fendu.

Je me surpris à ne pas m’en occuper et à reporter mon regard sur mon prisonnier que je tenais d’une fermeté nouvelle. Mes lèvres s’étirèrent en un rictus mesquin qui ne présageait rien de bon. Ma main se leva et s’échoua sur l’une des joues creusées de mon interlocuteur.

« Je suis maître de mes actes, trésor. », susurrai – je d’une voix suave.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬



fondatrice
“C'est à nous qu'il incombe de surmonter les obstacles.”


Dernière édition par Alexandra Hilliard le Dim 27 Sep - 14:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Andrew Baskerville
Courgette divine et sexy


Présages :
437

Race  :
Vampire.

Métier  :
Scientifique, médecin à la solde de l'Expérience.

Nationalité  :
Australien.

Inventaire  :
Un paquet de cigarettes et un briquet.

Réputation  :
63 points.

Interne depuis le  :
19/06/2015


MessageSujet: Re: Ce soir, ton sang et ton cœur seront miens. w/ Alexandra   Lun 10 Aoû - 1:02



« Ce soir, ton sang et ton cœur seront miens. »
with Andrew B. & Alexandra H.
1
La situation amusait grandement Andrew, qui avait pris l'étrange habitude de défier Alexandra de tous les moyens possibles et imaginables, à chaque fois qu'ils se croisaient. Autrefois, ils passaient l'essentiel de leur temps à ces futilités avant de se séparer, et de se retrouver un beau jour, leur désir d'en faire baver l'autre grandissant. Après tout, on ne change pas les bonnes vieilles habitudes.

C'est pourquoi Andrew ne fut pas tellement surpris quand la brune, dont les lèvres laissaient supposer qu'elle avait eu le droit à une petite entrée avant le plat principal, se déplaça à une vitesse qui donnait l'impression qu'elle se téléportait presque -tout-à-fait banal pour un vampire- pour se retrouver à quelques centimètres d'eux, les pupilles luisant d'un trait de haine et d'agacement. Ce qui l'étonna plus, c'est qu'au lieu d'essayer de lui piquer son repas, elle lui arracha des mains pour l'envoyer valser plus loin. La blonde poussa un cri, rapidement remplacer par un craquement horrible à entendre (celui des os se fendants contre quelque chose de plus dur qu'eux) puis par le silence.

Andrew n'eut pas besoin de détourner le regard vers son repas, maintenant gâché, pour constater que la fille était inconsciente, presque morte. Elle n'agoniserait pas longtemps, si elle ne mourrait pas dans les secondes qui suivaient des suites de sa blessure. L'odeur du sang affluait vers les narines des deux vampires, légèrement coupée par les effluves ambiantes d'une forêt bientôt détrempée.

Quelques secondes plus tard, se fut à son tour de se retrouver plaquer contre l'écorce d'un arbre, lui aussi mouillé. Les gouttes se frayaient un chemin entre les feuilles et les branches touffues, mais encore rares étaient celles qui les atteignaient, lui et son éternelle rivale. Crochetant son regard au sien, il y découvrit un intérêt pour sa personne qui lui fit hausser un sourcil. Avait-elle faim d'autre chose ?

« Je suis maître de mes actes, trésor. »

Sa main, froide mais lisse et pâle, vint s'échouer sur la joue du vampire plus bronzé que sa congénère. Bronzage auquel il avait eut beaucoup de mal à se faire du début, puis auquel sa peau s'était accoutumée. Cela faisait de lui un vampire plutôt atypique, mais il s'en moquait. Il y a des choses auxquelles on ne se ferait jamais, ici c'était la pâleur excessive des suceurs de sang.

Le ton qu'avait employé Alexandra fit sourire Andrew. Encore une habitude gardée depuis des lustres ; séduire l'autre pour affirmer sa supériorité, le faire céder. Le vampire ne saurait dire depuis combien de temps qui jouait à cette version du chat et de la souris. Ils se tournaient plutôt autour comme deux bêtes sauvages attendant le moment fatidique pour passer à la véritable offensive.

Andrew prit un air ennuyé et tourna la tête pour constater les dégâts qu'avait causer cette... Furie ? La fille ne bougeait plus du tout. Seule sa poitrine se soulevait et s'abaissait dans des soubresauts irréguliers, tentant vainement de garder en vie le corps déjà vidé de son sang.

« Regarde ce que tu as fait. » se plaignit-il en affichant une moue offensée.

Andrew savait que, par dessus tout, Alexandra détestait qu'on ne s'intéresse délibérément pas à elle. Une diva reste une diva, et elle semblait avoir pris Andrew comme son joujou éternel. Jusqu'où parviendrait-il à la faire sortir de ses gonds ? La réponse ne tarderait peut-être pas à venir.

« Tu vas devoir me rembourser d'un humain. Et attention, je ne veux pas que tu me ramènes le premier idiot venu. » lança-t-il d'un coup, à l'instar d'une bombe qui pourrait exploser à n'importe-quel moment.

Il s'était penchée vers elle, étant un peu plus grand que la demoiselle. Il n'avait pas pris la peine de lui faire retirer sa main, trouvant le toucher de cette dernière étrangement réconfortant. D'une main, il repoussa ses cheveux qui s'humidifiaient peu à peu sous la pluie, le front et le nez touchant presque leurs homologues. Il pouvait sentir l'haleine de la brune, comme elle pouvait sentir la sienne, devant être similaires. Un mélange de sang dont le goût variait d'une victime à l'autre.

L'odeur de l'hémoglobine, reconnaissable entre mille, attisa la lueur rougeâtre des pupilles d'Andrew, qui se mordit les lèvres presque avec sensualité pour éviter de se jeter à corps perdu vers la première source de sang à proximité. C'est à dire, à défaut qu'il s'agisse d'une source à proprement parler, les lèvres encore rouges du sang de sa dernière victime d'Alexandra.

« Finalement, tu me seras peut-être utile ce soir. » murmura-t-il dans un sourire.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬



“ I was made to defeat the human being ”


Médailles:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Alexandra Hilliard
Marmotte confirmée


Présages :
700

Race  :
Vampire (adulte).

Métier  :
Vagabonde.

Nationalité  :
Espagnole.

Inventaire  :
Un rouge à lèvre et un canif.

Réputation  :
36 points.

Interne depuis le  :
05/06/2015


MessageSujet: Re: Ce soir, ton sang et ton cœur seront miens. w/ Alexandra   Sam 15 Aoû - 0:12


Ce soir, ton sang et ton cœur seront miens.


Étrangement, le clapotis incessant de la pluie s'abattant sur la forêt m'apaisait depuis l'enfance. Il faut dire que ma libération s'était déroulée sous une tempête effrénée et que l'on m'avait tendu un parapluie des plus ridicules. J'avais jeté un regard mauvais envers mon prédécesseur et m'étais enfuie en courant, sans aucune protection. J'en avais guère, l'air frais s'était occupé de me tenir en vie jusqu'ici. Les nuages gonflés par l'humidité semblaient partager la haine enfouie en moi. Je m'attendais même à ce que le tonnerre gronde.

Ma main ne me faisait pas mal - au contraire, j'étais satisfaite de cet attouchement plus ou moins violent. Les gestes expriment tellement mieux ce que l'on ressent... Pourquoi s'attarder sur des paroles insignifiantes ? Je préférais agir. Je découvris les canines de son homologue qui se dévoilèrent en un faible rictus.


« Regarde ce que tu as fait. »


Je le vis ensuite feindre théâtralement l'ennui ; je roulai des yeux, ne supportant pas ce tempérament. Ne comprenait - il pas que j'étais bien plus intéressante que cette pauvre chose dénuée d'intérêt ? Ma bouche se tordit en une moue agacée qui ressemblait davantage à une grimace qu'autre chose.

Je lui fis comprendre en grognant que son deal ne m'enchantait pas. J'avais un côté quelque peu... bestial. En gage de quoi devrais - je le rassasier ? Il pourrait mourir de faim que cela ne m'atteindrait pas. Je fermai fortement les yeux suite à ce songe ; me trompais - je ? Étais - je attachée à lui, après toutes ces années passées à se chamailler ?

Non.

J'ouvris subitement les yeux et lui laissai le loisir de contempler à sa guise mes iris, bien qu'il semblait davantage séduit par le sang séché qui siégeait sur ma mâchoire. Mon pouls s'excita lorsqu'il lécha avec douceur ses lèvres. Presque instinctivement, mon regard fit des vas - et - viens entre sa cavité et ses pupilles carmins. Il paraît que, lorsque le cerveau est en activité, les yeux ne peuvent s'empêcher de bouger... Je ne pouvais être en ébullition ! Je me pinçai ensemble les lèvres avec nervosité et revins à la raison. Qu'est - ce qui m'avait pris ? Pourquoi avais - je sacrifié un repas en son honneur ?

« Rien ne m'engage à te satisfaire. », lançai - je de but en blanc, continuant à mâchouiller ma lèvre inférieure.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬



fondatrice
“C'est à nous qu'il incombe de surmonter les obstacles.”


Dernière édition par Alexandra Hilliard le Lun 5 Oct - 15:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Andrew Baskerville
Courgette divine et sexy


Présages :
437

Race  :
Vampire.

Métier  :
Scientifique, médecin à la solde de l'Expérience.

Nationalité  :
Australien.

Inventaire  :
Un paquet de cigarettes et un briquet.

Réputation  :
63 points.

Interne depuis le  :
19/06/2015


MessageSujet: Re: Ce soir, ton sang et ton cœur seront miens. w/ Alexandra   Lun 17 Aoû - 11:49



« Ce soir, ton sang et ton cœur seront miens. »
with Andrew B. & Alexandra H.
1
 Alexandra gronda, visiblement peu charmée par la dette qu'il lui imposait. Cela amusa le vampire, qui n'attendait pas d'autre réaction de la part de sa congénère. Tout pour se rendre intéressante. Même envoyer valser une blonde innocente -devant à la base servir de repas- contre un tronc d'arbre. Se rendait-elle compte ? Pourquoi avoir réagi ainsi, alors qu'elle lui avait presque craché qu'il s'agissait de sa proie en priorité ?

Aucune idée. Ou alors...

Un sourire étira les la commisure des lèvres du brun, rougies par les quelques gorgées de sang dont il avait pu profité avant que la colère d'Alexandra ne gache son casse-croute de minuit. Quelque chose de plus intéressant que la victime avait provoqué cette réaction plutôt innatendue. Quelque chose, ou plutôt quelqu'un. Andrew ne saurait dire si son raisonnnement était juste, mais il était plutôt convaincu par ce qu'il venait de conclure. Et quelque peu satisfait, aussi. Ce n'était pas tous les jours qu'Alexandra lui témoignait de l'affection, même sous cette forme. Loin de là !

Sa main n'était ni chaude, ni froide sur sa joue. Les deux peaux en contact étaient à la même température, créant une tiédeur qui contrasta avec la pluie qui battait son plein au dessus d'eux. Une sensation que les vampires ne pouvaient ressentir qu'entre eux, puisque toute autre forme de vie était étrangement chaude, quelque soit le temps, le moment, ou quelqu'autre caractéristique de ce genre.

Cette chaleur, il l'avait ressentie en posant ses lèvres sur la peau de la blonde. Ce n'était pas une de ces chaleurs qui brûle, non. Plutôt une de ces chaleurs qui vous plonge dans une sorte de cocon douillet. Une chaleur qui, comme plongé sous le jet brûlant de la douche, vous picore la peau et vous donne envie de rester indéfiniment en dessous. Une chaleur que vous avez envie de ressentir partout.

En parlant de la victime, elle ne bougeait plus du tout, mais ses orbites, dont le regard était posé sur les deux vampires comme pour les surveiller, semblait observer le vide, quelque chose en eux, quelque chose à travers eux. Sa bouche, ouverte, criait en silence le cri de terreur et de surprise qui l'avait prise quand Alexandra la jeta contre cet arbre, meurtri et entaché du sang de la victime. Andrew n'avait pas eu besoin de détourner les yeux du visage de la brune pour le voir, pour le savoir.

En parlant d'elle, son visage semblait animé, plus qu'à l'ordinaire. Ses yeux faisaient des allés-retours entre les iris du brun et ses lèvres qu'il venait de lécher avec avidité. Cela la perturbait-elle ? L'excitait-elle ? L'ombre d'un sourire passa dans ses prunelles d'un habituel noir d'encre sans qu'il ne s'affiche plus bas sur son visage.

Pourtant, malgré le semblant d'agitation qui avait secoué son homologue, elle repliqua presque froidement :

« Rien ne m'engage à te satisfaire. » souffla-t-elle, comme si tout ce qu'elle avait causé ici jusque-là venait d'être effacé par un coup de vent.

Voilà qui lui ressemblait bien. Alex était du genre à ne pas se laisser marcher sur les pieds, de répliqer ainsi. De ne jamais rien devoir à personne. Andrew la reconnaissait mieux dans ce rôle de là que dans n'importe quel autre. Ce qui ne l'a pas empêché de répliqué à son tour, au risque de lui attirer ses foudres :

« As-tu la mémoire courte ? » prononça-t-il dans un murmure tandis que ses lèvres effleuraient la peau de sa mâchoire.

Les effluves sanguines se propageaient dans ses narines, titillaient son système olfactif. Avant qu'elle n'ait eu le temps de répondre, il pressa ses lipes dans le cou de la brune en fermant les yeux, reccueillant un peu de ce liquide de vie sur sa langue, sur sa bouche. Un frisson de plaisir remua son échine. Etrangement, le goût métallique du sang contre la peau de sa camarade donnait un rendu plutôt attrayant. C'était une nouvelle saveur, que le brun trouvait fort à son goût.

Encore un peu.

« Peut-être que tu me satisfait déjà. »

Son souffle suivit le contour de sa mâchoire, remonta lentement vers sa joue, redescendit vers son menton, autorisa en chatouiller le coin de ses lèvres avant de disparaître sous un autre baiser avide de nourriture.

Toujours un peu plus.

Son cœur battait au rythme du sang qui affluait dans son corps. Rouvrant les yeux, il les leva vers ses homologues. Les traces rouges sur la peau de chacun d'entre d'eux s'écoulaient, disparaissaient. La pluie diluait le sang, bientôt il n'aurait plus aucun goût.

Ce n'est pas grave. Je m'en fiche.

Andrew ne se préoccupait plus du sang inexistant qui n'était plus sur la peau de la brune. Il embrassait çà et là la peau de la vampire, se retirant presque aussitôt, comme si une décharge électrique le poussait à s'éloignait d'elle.

Quelque chose ne devrait vraiment pas tourner rond, pour qu'aucun des deux vampires ne s'interesse plus à la blonde morte qui les observait toujours de son regard morne et sans vie.

Ce n'est pas grave. Je m'en fiche.

Elle, ses yeux.

Ses cheveux, ses lèvres.

Sa peau, son corps.

Elle.


▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬



“ I was made to defeat the human being ”


Médailles:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Alexandra Hilliard
Marmotte confirmée


Présages :
700

Race  :
Vampire (adulte).

Métier  :
Vagabonde.

Nationalité  :
Espagnole.

Inventaire  :
Un rouge à lèvre et un canif.

Réputation  :
36 points.

Interne depuis le  :
05/06/2015


MessageSujet: Re: Ce soir, ton sang et ton cœur seront miens. w/ Alexandra   Ven 21 Aoû - 19:50


Ce soir, ton sang et ton cœur seront miens.


Son sourire dévoila une dentition parfaite dont des dents d'un blanc impeccable correctement alignées. Je ne me laissai charmer par cet atout et tâchai de garder une certaine contenance. Cependant, la tiédeur créée par notre contact - qui avait duré - me fit frissonner. J'espérai qu'il ne ressente pas mon mouvement, sinon j'étais cuite.

« As-tu la mémoire courte ? »


Bien qu'à la base ce fut une réplique acerbe, je la sentis caresser doucement mes oreilles comme un doux murmure. Les effluves de son parfum typiquement masculin atteignaient avec facilité mes cavités nasales. Je dus faire un effort surhumain - quelle ironie - pour ignorer ce qu'il dégageait. Sans prévenir, ses lèvres scellèrent le peu d'espace qu'il y avait entre elles et ma peau. Il léchait incontestablement les traces de sang qui avaient résistées.

« Peut-être que tu me satisfais déjà. »


Je me sentis complète pour la première fois de mon existence. Ces mots avaient en effet chatouillé un certain plaisir qui prit vie en un gémissement dépassant le seuil de mes lèvres. Je devinai que le sang présent sur ma chair avait disparu avec l'arrivée de la pluie et me demandai alors ce qui suscitait les actes de mon homologue. Ma question fut balayée par un énième baiser fiévreux qui me poussa à me rapprocher de mon partenaire pour réduire la distance qui séparait nos deux enveloppes corporelles. Il semblait obnubilé par mon corps et je ne m'en plaignis pas.

J'avais toujours essayé de captiver son attention depuis notre enfance ; je l'obtenais enfin. Je m'en réjouis et vint capturer ses lèvres en un baiser doux et désireux. Je mordillai sa lèvre inférieure en logeant mes mains dans sa chevelure désordonnée. J'avais conscience qu'en la caressant, je faisais davantage de nœuds mais cela n'effleura pas plus que cela mon esprit. Lorsqu'il m'offrit l'accès à sa bouche après ma demande muette, je glissai ma langue à l'intérieur et chatouillai les moindres recoins. Nos deux idiomes commencèrent une danse endiablée dont nous seuls étaient les maîtres, ce qui était impressionnant si l'on connaissait notre parcours semé d'embûches.

Notre harmonie se rompît lorsque nous fûmes à court d'air. Nous avions le souffle haletant et nos regards se scrutaient, néanmoins voilés par le désir qui secouait nos corps respectifs.

J'entrouvris les lèvres pour acquérir davantage d'oxygène ; c'est comme s'il avait épuisé ma réserve naturelle. Je baissai les yeux et touchai instinctivement ma bouche. Avait - elle réellement frôlé et caressé celle d'Andrew... Ou est - ce que mon imagination m'avait joué un tour plutôt sadique en apparence ?

La réponse me parviendra rapidement, puisque je l'entendis avaler bruyamment sa salive, comme s'il allait prendre la parole. Une certaine anxiété se logea au fin fond de mes entrailles, espérant que cela ne demeure pas qu'un énième jeu pour lui... Je l'encourageai en posant ma main sur la sienne, effectuant une doucereuse pression ; je vins même à faire des mouvements ronds et répétitifs pour l'apaiser.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬



fondatrice
“C'est à nous qu'il incombe de surmonter les obstacles.”


Dernière édition par Alexandra Hilliard le Lun 5 Oct - 15:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Andrew Baskerville
Courgette divine et sexy


Présages :
437

Race  :
Vampire.

Métier  :
Scientifique, médecin à la solde de l'Expérience.

Nationalité  :
Australien.

Inventaire  :
Un paquet de cigarettes et un briquet.

Réputation  :
63 points.

Interne depuis le  :
19/06/2015


MessageSujet: Re: Ce soir, ton sang et ton cœur seront miens. w/ Alexandra   Mer 26 Aoû - 23:23



« Ce soir, ton sang et ton cœur seront miens. »
with Andrew B. & Alexandra H.
1
C'est comme si une bulle les enveloppait. Une bulle tiède et confortable, dans laquelle étaient logés les deux vampires. La pluie ne glissait le long de la paroi de ce cocon, elle ne les atteignait plus, elle et lui. L'odeur du bois humide non plus. C'était comme si tout avait disparu autour d'eux. La forêt sous la pluie, le ciel aux nuages capricieux, la fille au regard mort.

Aux yeux d'Andrew, il n'y avait plus que l'odeur d'Alexandra, sa présence, son corps. En valait-il de même pour elle ? Peut-être. Mais ce dont le vampire fût sûre, c'est que ses baisers ne laissèrent pas son homologue indifférente, puisqu'elle alla directement presser ses lèvres contre les siennes en un baiser à la fois attendu et surprenant. Ce contact, nouveau malgré tous les autres qu'ils aient pu avoir auparavant, déclencha une certaine fièvre chez Andrew, une chaleur étrange. Leurs lèvres unies bougeaient à l'unisson, et quand la brune taquina ses lippes de ses dents et de sa langue, formulant ainsi une demande muette, il ne put résister et la laissa atteindre son but.

Alexandra a toujours été quelque peu envahissante avec lui, et cela dés leur rencontre, alors qu'ils étaient encore un peu jeune. Elle cherchait à attirer son attention, à lui montrer qui était la plus forte, venant à l'embêter de temps en temps. Et simplement pour ne pas lui donner raison, Andrew ne rentrait pas dans son jeu, s'intéressant à autre chose, l'ignorant parfois, la battant à son propre jeu de temps en temps. Malgré cela, il s'était attaché à elle au fur et à mesure du temps, jalousant presque les autres hommes qu'elle fréquentait, bien que lui ne soit pas en reste lorsqu'il s'agissait de femme. Ce qui ne l'a pas empêché de continuer de jeu du "je t'aime, moi non plus" ; du moins, jusque maintenant.

Ils s'embrassaient à en perdre haleine, leurs souffles mêlés l'un à l'autre, leurs langues se cherchant et se taquinant, leurs canines aiguisées mordillant les surfaces de chaire tendre qu'elles rencontraient. C'était la première fois qu'ils franchissaient une telle limite dans leur intimité de duo intenable, et pourtant c'était comme si ils connaissaient leur chorégraphie par cœur tant ils l'avaient répétés.

Les doigts fins de la brune fourrageaient la chevelure indomptable d'Andrew, et ce-dernier tenait fermement les hanches de sa partenaire pour la garder pressée contre lui. Si le bal de leur baiser était un genre de danse, cela aurait pu être un tango endiablé. Cela collait bien aux caractères explosifs des deux vampires qui ensembles, pourtant, semblaient trouver une certaine harmonie.

Leurs lèvres restèrent soudées de longues secondes qui parurent bien courtes au moment où ils se séparèrent, à court d'air. Ils s'observèrent quelques instants, puis Alexandra toucha ses lèvres du bout des doigts, comme si elle croyait avoir rêvé. Etait-ce le cas ? La scène semblait irréelle pour Andrew aussi. Il n'aurait jamais pensé franchir un tel cap avec elle.

Assurément, elle n'était pas comme les autres filles qu'il avait pu fréquenter. Elle n'avait rien de la blonde qu'il avait séduit cette soirée-là. Ou plutôt, la blonde n'avait rien du charisme d'Alexandra. Définitivement. Andrew aurait pu tomber sous le charme de cette vampire bien avant cela, mais il s'en était préservé. Et maintenant ?

Est-ce que ce baiser était une déclaration silencieuse ? Un acte de passion incontrôlé ? Juste un test pour voir si ça collait ? Ou bien une erreur, tout simplement ? Qu'est-ce qu'il devait comprendre derrière ce geste auquel il a répondu sans hésitation ? Qu'y avait-il vraiment entre eux ?

« Pourquoi tu n'es pas une fille comme les autres ? » pensa-t-il bien qu'il aurait pu poser la question tout haut, pourtant il s'abstint.

Andrew déglutit, la respiration encore haletante de leur récent premier baiser. Qu'aurait-elle pu répondre ? Impossible de le dire, tellement la situation était nouvelle entre eux. Et, preuve de son incapacité à prévoir les prochaines réactions de la belle brune pour le moment, il sentit sa main autrefois posée sur sa joue venir se loger contre sa propre paume, pressant ses doigts et caressant le dos de sa main du pouce de petits cercles censés le détendre.

Elle n'aurait jamais fait cela avant. C'était sûr. Face à un manque cruel de contenance, surtout venant de lui, elle l'aurait raillé sans retenu. Peut-être était-ce dû à cette situation. Elle était aussi décontenancée que lui, si ce n'était plus. Et visiblement, elle attendait qu'il parle, qu'il s'explique, peut-être. Que pourrait-il dire ?

Parler de leur relation était une mauvaise idée, selon lui. Mettre les choses à plats revenait souvent à blesser l'autre ou créer des incompréhensions, et il connaissait bien les réactions plausibles de sa camarade, ainsi que les siennes. Il ne se risquerait pas à aborder le sujet, en tout cas par pour le moment.

Parler de quoi alors ? De la pluie et du beau temps ? De leur victime actuellement décédée, du goût de ses lèvres, de son haleine peut-être ?, du fait qu'il fait vachement froid et qu'il aimerait rentrer pour boire un bon chocolat chaud, lui dire enfin qu'on voit son soutient-gorge à travers son haut détrempé, lui demander si elle arriverait à enlever son slim aussi mouillé que son haut tout à l'heure, lui proposer de procréer avec dans un pré sous la pluie ou chez l'un ou l'autre si elle préfère être au chaud, avouer qu'elle est mignonne et pas sexy quand elle fait sa tête de nana-je-veux-savoir-ce-que-tu-penses, lui demander si elle veut enfin manger un peu parce que lui crève la dalle, ou bien se mettre au final à parler de leur relation quand même.

Et si il l'embrassait à nouveau, tout simplement ? Nan, ça ne ferait pas sérieux, alors qu'elle attend le vrai sujet de discussion, celui qu'ils n'ont jamais eu puisque qu'ils ne font que se chamailler et s'ignorer. Néanmoins, il était tenté, il devait bien l'avouer.

Enfin, le vampire se racla la gorge avant d'ouvrir la bouche, se décidant enfin à parler :

« Je ne m'attendais pas à ce que tu sois à ce point réceptive. »

Tu m'étonnes, Elton ! Du haut-débit, la réception. Rien d'autre en stock ? Franchement, ça me déçoit. tonna une petit voix dans sa tête qui, bizarrement, prit la forme du visage d'Alexandra quand elle se moquait de lui, c'est-à-dire tout le temps. Elle pourrait lui répondre ça, aussi il se dépêcha d'ajouter :

« Mais ce n'était pas pour me déplaire ! »

Allons bon. Toi, beau-parleur, tu n'es pas fichu de dire ce qu'il faut en ce moment même. La voix avait raison. Où était passé son franc parlé ? Sa facilité à annoncer ce qu'il veut dire avec dignité ? Ses belles paroles dans ses phrases ? Ses mots adaptés à ce qu'il veut attendre en retour ?

Et certainement qu'Alexandra attendait autre chose que ces affirmations dérisoires qui ne valent pas la peine d'être dites. Andrew se mit à craindre les prochaines secondes qui accompagneraient la réponse de la brune, qui sera peut-être déçu. Elle devait s'attendre à quelque chose plus... romantique ? Plus lui ? Pas à quelque chose digne d'un pré-pubère offrant son premier baiser à une nana croisée par hasard. Qu'avait-elle imaginé ?

Pouvait-il se rattraper ? Non, il valait mieux se taire que de s'enfoncer encore devant elle. Alors il attendit, les yeux rivés sur les iris encore légèrement rouges de son homologue. Leur relation dépendait de sa réaction. Sans vraiment le vouloir, il avait remit leur lien compliqué sur le tapis. Ils mettaient les choses au clair, c'était sûr. En bien ou en mal, cela était encore impossible à dire.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬



“ I was made to defeat the human being ”


Médailles:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Alexandra Hilliard
Marmotte confirmée


Présages :
700

Race  :
Vampire (adulte).

Métier  :
Vagabonde.

Nationalité  :
Espagnole.

Inventaire  :
Un rouge à lèvre et un canif.

Réputation  :
36 points.

Interne depuis le  :
05/06/2015


MessageSujet: Re: Ce soir, ton sang et ton cœur seront miens. w/ Alexandra   Lun 5 Oct - 16:23


Ce soir, ton sang et ton cœur seront miens.


La déception se lit sur mon visage bien que ma première réaction fut de la masquer en passant ma main sur mon visage fin. Mon regard vitreux s'était assombri et mes lèvres s'étaient naturellement scellées tandis que je plissai contre mon gré mon nez. J'avais la fâcheuse habitude de froncer les sourcils en même temps, et mes interlocuteurs comprenaient rapidement la raison : soit quelque chose me déplaisait, soit une odeur nauséabonde s'était répandue... De toute évidence, la deuxième hypothèse était rayée - la situation actuelle était bien plus complexe que cela. Certes, mon homologue dégageait un doux parfum que j'aurais aimé hûmer en plongeant ma tête dans son cou... mais je n'en fis rien, triturant simplement le col de sa chemise, la lissant nerveusement.

En effet, il était inutile de souligner ma réception spontanée - n'avait il rien remarqué ces dernières années ? Sa maladresse me piqua à vif et c'est là que je compris que ce moment aurait du rester silencieux si nous ne voulions blesser aucun de nous deux. Malheureusement, les coincidences n'existaient pas - il fallait en parler, dénicher la souffrance, le mal-être qui venait de s'installer goulûment. Que pouvais - je répondre, en dehors d'une proposition provocante découlant de ma frustration ?

Je tentai de me rassurer en me répétant mentalement ces derniers propos. Il avait aimé et m'avait laissé pénétrer dans sa cavité buccale. On s'était embrassés avec avidité sous une pluie torrentielle. Pourtant, rien ne me soulagea et mes songes devinrent obscurs. Je me rappellai que sa bouche avait effleuré - ou plutôt, envahi - celle de notre victime dorénavant défunte. Comment pouvait - il me faire croire qu'il avait apprécié notre échange, alors qu'il n'était qu'un foureur de langue ?

Il ne put distinguer mes yeux carmins qui devenaient de plus en plus noirs puisque je baissai la tête pour ne rien lui dévoiler - je ne lui laisserai pas ce plaisir. Mes mains commencèrent à empoigner d'abord avec douceur son col, puis elles remontèrent vers son cou dont les veines ressortaient délicieusement. Mon effleurement pouvait être qualifié de caresse - or, ce n'était pas dans mes projets. Si ma fureur se nourissait de mes émotions fortes, il risquerait fortement d'expirer son dernier souffle dans les minutes à venir - quel gâchis.

Chassez le naturel et il reviendra au galop.

Abruptement, je ne me rendais pas compte de mes gestes - mes doigts s'étaient déplacés sur les endroits sensibles de sa nuque et étaient prêts à passer à l'offensive. Je sussurai sans peine son prénom - mon timbre de voix était maintenant dénué de toute chaleur, il devait prendre en compte ce signe, car je ne lui offrirai pas d'autres.

Je n'étais plus maîtresse de mes pensées, ces dernières déraillaient totalement. Assurément, il aimait ma spontanéité et ma réciptivité ; alors, il sera servi et obtiendra tout ce qu'il mérite. Mes jambes se placèrent stratégiquement près des siennes afin de contrer tout geste qu'il pourrait avoir - s'il tentait de se déloger de notre étreinte malsaine, il risquerait abruptement d'effectuer une chute en arrière d'un mètre quatre vingt cinq. Sa stature moyenne me laissait envisager qu'il pourrait très bien faire un salto par la suite - mais, à contrario, je doutais de sa souplesse. Un rictus contrit apparut sur mes lèvres gonflées par ma précédente excitation ; mes canines semblaient toujours de sortie et ce n'était pas pour me déplaire. J'étais subtile et je disposais de quelques secondes pour le croquer si je jouais de mes atouts féminins. Je pourrais afficher un sourire charmeur pour le détendre, m'approcher de son oreille pour lui sussurer quelques mots... et ensuite bifurquer vers sa jugulaire.

Pourquoi perdre son temps avec autrui, après tout ?

S'il s'était aventuré jusqu'ici, c'était simplement pour se nourrir - rien de plus. En revanche, il n'avait pas prévu ma présence et j'étais certaine qu'à présent mon odeur vampirique emplissait ses narines. Il ne me laisserait pas filer dans cet état là - j'imagine qu'il avait commencé à me connaître, ou plutôt à voir dans les journaux mes nombreux ravages. En gros titres : dix sept morts qui demeuraient d'ores et déjà en phase terminale. Plusieurs poches de sang dérobées au vol par une inconnue se déplaçant à une vitesse incroyable - mais normale pour une vampire de sa catégorie. Des malades souffrant d'hémorragies soudaines et j'en passe. J'étais destinée à de grandes choses mais je m'en foutais royalement, je profitais de mon rang et de mes aptitudes de haut-niveau.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬



fondatrice
“C'est à nous qu'il incombe de surmonter les obstacles.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Andrew Baskerville
Courgette divine et sexy


Présages :
437

Race  :
Vampire.

Métier  :
Scientifique, médecin à la solde de l'Expérience.

Nationalité  :
Australien.

Inventaire  :
Un paquet de cigarettes et un briquet.

Réputation  :
63 points.

Interne depuis le  :
19/06/2015


MessageSujet: Re: Ce soir, ton sang et ton cœur seront miens. w/ Alexandra   Jeu 22 Oct - 15:50

Ce soir, ton sang et ton cœur seront miens
Alexandra Hilliard



Andrew scrutait Alexandra en retenant son souffle. Quel geste inutile : il ne vivait plus grâce à son cœur battant ni grâce à l'air qui s'infiltrait dans ses poumons pour alimenter ses muscles ; mais par une volonté étrange qui le suivait depuis sa transformation. Cette même volonté qu'il chassait depuis le début mais qui refusait de le laisser partir, qui le maintenait en vie pour une raison obscure qu'il ne parvenait pas à saisir. C'était un peu comme si sa vie était régie par quelque chose de plus puissant que sa propre volonté ; ce qui était en partie vraie puisqu'il était lié à l'Expérience bien plus que par son simple statut d'expérimenté ou de médecin. Tout le monde plaide la fin des expériences, hurle l'horreur que vivent les expérimentés et l'horreur que les expérimentés font vivre à leurs proches et aux autres habitants d'Azalea. Tout le monde en veut l'élimination, de ce projet infâme qui n'aurait certainement jamais dû voir le jour. Andrew avait, jusqu'à peu, la même idée que les autres de ce qu'étaient les laboratoires qu'on pourrait qualifier de torture. Mais, il ne sait trop comment, il en était venu à un constat effrayant, voire alarmant. L'Expérience avait fait d'êtres humains des monstres tenus en cage -du moins, autant qu'on pouvait les retenir. Or, ces monstres veulent s'évader, vivre libre, n'avoir que pour règles celles qu'ils s'imposent. Et quiconque a déjà assisté à la libération de bêtes sauvages en pleine nature doit savoir que le chaos y sera bien pire que le simple problème d'éthique sur lequel tous les habitants d'Azalea semble butter. Maintenant qu'une population de vampires et d'hybrides se propage au sein du continent, le pensionnat est devenu indispensable. Il est inimaginable qu'il y ait une rébellion, une révolution. Que se passerait-il sinon ? La mort de l'espèce humaine, cela est quasiment certain. La fin du monde. La fin de tout. Même des vampires. Même de lui, tout aussi fier qu'il est. Même elle, tout aussi orgueilleuse qu'elle était.

Easy, easy


Personne n'a jamais fait ce constat, avant lui ? Personne n'a eu la moindre petite intuition ? Un semblant de déclic ?

Pull out your heart
To make the being alone
Easy, easy


Les gens semblent vouloir se jeter en bas d'une falaise en pensant pouvoir voler. C'est un peu comme si ils voulaient s'arracher le cœur sans se rendre compte qu'ils mourraient. Un geste vain. La guerre cachée sous un slogan de paix, dissimulée derrière ce qu'ils appellent "liberté". C'est la première fois qu'Andrew prenait conscience d'une telle inconscience. Que c'était le début de la fin. Mais que pouvait-il faire ? Même sa popularité grandissante au cœur d'Azalea n'aurait pas suffit à calmer les ardeurs des plus convaincus. Les empêcher de vivre sans la pression de l'Expérience ? Peine perdue. Il serait pris pour un fou. Et si il l'était, au final ? Un type dégénéré qui ne pensait pas ce qu'il disait mais qui disait ce qu'il pensait. Un mec dingue. Dingue de qui ?

Pull out your heart
To make the being alone
Easy, easy


Alexandra baissa la tête. Etait-elle déçue ? Visiblement. Sa réponse avait été pathétique. Il aurait mieux fait de ne rien dire. Un couple n'avait parfois pas besoin de s'exprimer pour se comprendre. Mais se comprenaient-ils ? Etaient-ils seulement un couple ? Non, vraiment pas. Ils se cherchaient, sans vraiment de but. A quoi servait toute cette mascarade ? A rien, à part semer la confusion dans l'esprit des vampires. A quoi s'imaginaient-ils ? Eux aussi marchaient trop près du précipice en pensant pouvoir voler. Après une déception amoureuse, certaines personnes n'aspirent qu'à isoler leurs sentiments. Les bannir même. S'arracher le cœur pour se sentir mieux, quitte à rester seul. Tout vaut mieux que la douleur, même si cela revient se mentir, à droguer ses souvenirs pour les modeler comme on voudrait qu'ils soient. C'était ce qu'Andrew faisait sans vraiment s'en rendre compte. Parce que là est le but de cette auto-thérapie. Nous faire croire qu'on est invincible en oubliant tout ce qui nous rend faible.

Le silence pesait entre les deux créatures. Le temps semblait avoir arrêté sa course pour assister à ce qu'il allait se passer entre cet homme et cette femme qui n'étaient pas humains ; qui ne l'étaient plus. Alexandra ne disait rien, et Andrew se contentait d'attendre, encore et encore. Les doigts blafards de celle qui le connaissait sans doute le mieux parmi tous les gens de cette planète se frayèrent un chemin le long de ses cheveux et de sa nuque, palpèrent le col de sa chemise mouillée, en lissèrent les bords comme si cela avait la moindre importance pour plus tard, comme si ils allaient se rendre quelque part ensuite. Bien qu'il n'en soit rien, Andrew s'en doutait. Peu importait l'issue de cette soirée, soient ils repartaient ensembles, soient ils repartaient chacun de leur côté ; définitivement.

Easy, easy
You break the bridle
To make Losing control


Le geste fût tellement lent, tellement calculé, que l'australien ne le remarqua pas grâce à la vue mais à l'odeur. L'autre vampire s'était penchée sur lui, les lèvres proches de son cou. Les effluves de sa partenaire, atténuées par l'odeur désagréable de la pluie étaient parvenues jusqu'aux narines du jeune vampire. Il aurait pu les percevoir avant s'il y avait prêté une once d'attention, mais il faisait plus attention aux signes de réaction de son homologue aux senteurs qu'elle dégageait. Que faisait-elle ? Que comptait-elle faire ? Il entendit son prénom sortir de la gorge de cette dernière, résonnant froidement à ses oreilles, telle une menace sous-entendue. Le déclic fût spontané et Andrew attrapa les poignets de la femme pour la faire reculer à distance respectacle. Sourcils froncés, son cerveau essayait tant bien que mal d'analyser la situation ; trop étrange fût-elle. Andrew hésitait entre la colère et l'incompréhension. Un soupçon de déception s'ajoutait aux méli-mélo de sentiments qui se bousculaient dans son cerveau qui bouillait de l'intérieur. Qu'est-ce qui s'était brisé au moment où ses mots avaient voulu mettre les choses au clair entre eux, ne provoquant au final qu'une confusion plus grande ? Quelles émotions avaient déchaîné l'homme chez le sexe opposé pour que la réaction qu'elles déclenchent soit aux antipodes de ce qu'il avait imaginé, de ce qu'il avait espéré. Intérieurement, Andrew ne contrôlait plus rien.

On contrôle un cheval à l'aide d'une bride. Cassez la bride et le cheval devient incontrôlable.

Easy, easy
Crushed what you're holding
So you can say letting go is
Easy, easy


Qu'avait-elle prévu de faire ? De le mordre ? Etait-elle consciente de ce qu'elle faisait ? Quelle idée de vouloir mordre un autre vampire ! Et lui, pourquoi n'avait-il pas compris un peu plus tôt ? Pourquoi c'était si dur d'accorder sa confiance et si dur de la résilier au bon moment ? Pourquoi ils en étaient arrivés là, eux deux ? Ils s'étaient mal compris, cela ne pouvait être que ça. Andrew pensa qu'Alexandra n'aurait pas fait ça envers lui en dépit du bon sens. Quelque chose l'y aurait poussé. Eux, qui se côtoyaient depuis si longtemps ; elle n'aurait pas prévu toute cette histoire depuis leur enfance si cela avait pour simple but de le tuer. Impossible.

Et si ?...

Andrew refusait d'y croire. La victime aurait plus être une tout autre personne que cela ne l'aurait pas gêné qu'elle monte un coup de la sorte. Il l'aurait même félicité. Tromper quelqu'un aussi longtemps simplement pour mieux le tuer ensuite. Mais là, il s'agissait de lui, entièrement de lui. Le gamin perdu qu'elle venait tout le temps embêter, chose qu'elle n'avait pas cessée jusqu'à maintenant ; pimentant leur relation de sujets d'engueulade un peu plus sérieux. Mais jusque là cela n'avait pas affecté outre mesure le jeune Baskerville qui se moquait bien de tout ce qui était un tantinet sérieux. Du moment que cela n'avait pas de conséquence directe avec lui il estimait ne pas avoir besoin de s'en inquiéter.

Mais là, tout était différent. Alexandra avait cherché à le tuer. Feinte ? Vengeance ? Andrew ne savait plus quoi penser. En dévisageant sa congénère, il vit que ses yeux redevenus noirs reflétaient cette déception qui l'avait poussée à agir. Que pensait-elle de lui maintenant ? Qu'il ne voyait en elle qu'un corps pourvu d'atouts féminins ? Qu'il ne valait pas mieux que tous ces types ringards qui courent le jupon pour passer la nuit en bonne compagnie ? Le vampire aurait pu dire "non, bien sûr que non, je ne suis pas comme ça.", mais c'était le contraire, et Alex le savait pertinnement. Dans son désir de manipulation, Andrew se servait des femmes comme d'un passe temps comme un autre, usant de ses charmes pour parvenir à ses fins. Et cela marchait toujours. Même la plus lucide des demoiselles aurait feint de ne pas être au courant de ses manigances juste pour passer la nuit avec, sans pour autant savoir ce qui intéressait vraiment le vampire, à savoir son sang. C'était sûrement grâce à cette réputation d'éternel célibataire qu'il avait pu faire oublier sa condition d'Expérimenté et que personne ne se doutait de ses réels agissements. Contrairement à lui, la jeune femme faisait des ravages qui ravissaient la presse d'articles juteux et de rumeurs qu'utilisaient les gens pour effrayer les plus naïfs. Alexandra était loin d'être le seul vampire capables de tels massacres, Andrew le savait. Lui aussi aurait pu faire de même mais il avait choisi la discrétion.

Oh, easy, easy
Burn all your things
To make the fight to forget


Le duo se fixait, toujours sans parler. Le premier à parler serait le premier à se jeter dans le vide pour assister à la réaction incertaine de son partenaire. Andrew n'avait aucune envie de se risquer à un combat sanglant avec Alexandra, pourtant si il parlait il risquait définitivement de mettre le feu aux poudres. A l'inverse, son mutisme pourrait confirmer l'impression qu'avait Alexandra de lui. Que faire ?

Ses mains enfermaient toujours les poignets de l'autre vampire. Sa poigne, ferme, s'assurait qu'elle ne tente pas de l'attaquer directement cette fois. Prenant son courage à deux mains pour la deuxième fois, il s'exprima lentement, chaque mot pesant son poids dans sa phrase lâchée comme un couteau lancé dans sa direction.

« Peu importe la raison pour laquelle tu ne me fais pas confiance ni pourquoi tu as voulu attenter au peu de vie qui me reste, je veux juste qu'on mettre les choses au clair entre nous deux. Libre à toi ensuite de vouloir t'éloigner de moi ou non. »

Easy, oh, easy
Burn all your things
To make the fight to forget


Andrew marqua une pose pour appréhender la réaction d'Alexandra, mais celle-ci ne venait pas. La brune restait les lèvres closes, crispée. Cela était encore trop peu. Elle ne pouvait pas se contenter de cela. Il devait aller plus loin. Lui en dire plus. Mais que dire ? Le terrain était de plus en plus glissant, chaque mot de plus en plus risqué.

« Qu'est-ce que tu attends de moi ? » murmura-t-il avant de soupirer. « Pourquoi on arrive pas à se regarder en face nous deux ? Pourquoi c'est si difficile d'être franc l'un envers l'autre ? »

Cela paraît tellement simple, les sentiments. Si simple. La vie avec autrui, le développement social, son intégration avec une personne en particulier à qui on a envie de faire confiance, de tout donner. D'oublier le passé qui nous enferme dans des souvenirs trop douloureux. De faire comme si rien ne s'était passé. Cela paraît simple de ne pas être le propre assassin de sa vie. Si simple.

Easy

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬



“ I was made to defeat the human being ”


Médailles:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ce soir, ton sang et ton cœur seront miens. w/ Alexandra   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ce soir, ton sang et ton cœur seront miens. w/ Alexandra
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Expansion d'Azalea :: Forêts & Marécages-